AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Se perdre dans son propre château! [Médée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emeric Aemon
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 09/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Lun 14 Mai - 19:00

Une nouvelle vie commençait pour notre cher Emeric, une vie à laquelle jamais il n’aurait pensé, même en rêve. Il n’avait jamais souhaité devenir roi, jamais il n’avait envié un roi, il était heureux sur la ferme de ses parents, à les aider, travailler avec les chevaux, les vaches et même les poules qui leur donnaient de bons œufs que sa mère savait rendre tellement appétissants lorsqu’elle était encore en vie. Mais maintenant, il n’avait plus besoin de faire tout ce qu’il était habitué de faire, même ranger sa chambre! Mais, il n’aimait pas ça, voir quelqu’un faire ce qu’il devrait faire lui déplaît, pourquoi certains doivent servir d’autres. Il ne comprenait pas comment ces personnes que l’on appelle serviteurs et servantes acceptent de se faire rabaisser, oui rabaisser, car il en a vu certains se faire crier dessus pour avoir mal rangé un chandail! Son père a tenté de lui expliquer que c’était comme cela depuis toujours, que les riches se faisaient servir par les pauvres et qu’il devait l’accepter. Mais pour l’instant, Emeric était incapable de l’accepter, il avait une servante qui lui était personnellement assignée, elle semblait tellement gentille, et la voir nettoyer ses affaires le rend complètement fou, il n’en pouvait plus de rester dans cette chambre à voir les autres tout faire. Il devait faire quelque chose, du moins il devait quitter cette chambre et le plus rapidement possible! Sa garde-robe avait complètement changé, mais il avait amener avec lui ses vêtements de toujours, une chance, car ses vêtements avec du doré, des trucs étranges tout jolis, il ne voulait pas porter ça, enfin il n’était pas prêt à porter sa garde-robe royal. C’est pourquoi ce matin, il avait enfilé un vieux pantalon qu’il avait depuis des années et un chandail aussi simple, avec une simple ouverture en V. Il se regarda dans le miroir, il se sentait bien dans ses vêtements, même si sa servante lui dit qu’il avait l’air d’un paysan et non d’un roi. Mais c’était tant mieux pour lui, car c’est comme cela qu’il se sentait, il ne se sentait pas « roi ».

Il glissa un petit au revoir à sa servante, Eirlys, et il quitta la chambre, avant elle lui demanda s’il souhaitait qu’elle l’accompagne, mais il refusa poliment, il souhaite passer un moment seul. Mais il regretta bientôt d’avoir refusé alors qu’il déambulait dans les couloirs du château. Il y en avait tellement, Emeric n’avait aucune idée d’où il était rendu, au début il croisait quelques personnes, qui lui portaient peu d’attention. À ce moment-là, il s’était dit que mettre ses vêtements était la meilleure idée qu’il avait eue. Car, il n’avait pas envie qu’on s’incline devant lui, etc. Il n’aimait pas avoir toute cette attention sur lui, mais là, il ne savait même plus comment retourner à sa chambre et de l’aide serait le bien venu. Comment faire, pour retrouver son chemin quand il n’habitait ici depuis quelques jours à peine et qu’il n’était jamais venu dans ce coin du château? C’est alors qu’il entendit des pas derrière lui, il vit une jolie jeune femme, qui devait avoir son âge, ou sinon être très proche de son âge…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mederysse Thorwen
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 12/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Lun 14 Mai - 19:56

Mederysse tournait en rond dans sa chambre depuis des heures. C'était une journée morose et triste don seul les gens qui vivaient au château toute l'année avaient connaissance. Les autres pensaient qu'à Camelot on festoyait toute l'année et oh combien il avait tort. Après s'être faite peigner par sa servante, Mederysse décida d'aller se promener car si son regard croisait à nouveau une aiguille à coudre elle irait se jeter du haut des remparts. Elle aurait aimé, plutôt que d'aller marcher, discuter avec son mari le seigneur Galessin, mais le chevalier était partie chasser pour quelques jours, alors elle restait seul avec sa servante qui, même s'il elle faisait des efforts, n'entretenait pas une conversation du plus grand intérêt.
La voilà donc, habillé d'une robe pourpre simple, mais élégante, marchant seule dans les couloirs du château. Elle laissait aller son esprit à quelques rêveries, elle s'imaginait dans les bras d'un homme qu'elle aimerait et qu'elle pourrait marier ou encore plus fou, elle se voyait, habiller de guenilles, voyageant à travers le pays en compagnie de forains, ah que ce serait agréable se disait elle. Flânant de couloirs en couloirs, elle se retrouva bien vite loin de sa chambre. Elle percevait légèrement les odeurs de cerfs et de sangliers qui provenaient des cuisines qui en faisant gargouiller son estomac, la sortirent de ses songes. De retour dans le monde réel, Mederysse aperçue au loin un jeune homme qu'elle n'avait jamais vue, vêtu comme un paysan quelconque. Entendant les pas de la jeune fille, il se retourna et sourit. Il était beau et devait avoir son âge, son visage était propre et le contraste entre sa peau blanche et ses vêtements sales lui donnait une allure amusante. Mederysse s'approcha de lui, le pauvre garçon, se disait elle, il doit mourir de faim et moi qui me lamente sur mes problèmes pucelle en manque d'aventure.
« Belle journée n'est-il pas ? » appela la jeune fille. Elle marqua une pause, puis elle reprit avec respect « Je ne vais pas pouvoir vous laisser dans les couloirs jeune homme, je le craint. »
Mederysse était réellement désolée, elle n'avait rien contre les paysans, à vrai dire elle les respectait peut-être plus que ces nobles qui se croyaient mieux que tout. Elle parlait toujours aux petites gens avec gentillesse et considération, c'était la moindre des choses selon elle. Mederysse avait passé son enfance à jouer avec des fils du peuple dans les plaines qui entouraient Camelot, c'était là les plus beau souvenir de sa vie. Elle se disait souvent que si elle le pouvait encore, elle irait jouer pieds nues dans la boue, comme elle avait l'habitude de le faire, à se battre avec des épées faites de branches en compagnie du fils du bourrelier, seulement tout cela était finis à présent et tout ce qu'elle pouvait c'était leur donner quelques habits et un peu à manger. L'étranger n'eut pas l'air de comprendre, alors Mederysse poursuivit avec une sourire complaisant:
« Vous ne pouvez pas rester ici, mais je peux vous donner quelque chose si vous voulez, de la nourriture ? Ou bien quelques piécettes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeric Aemon
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 09/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Lun 14 Mai - 20:59

Le bonheur, il était enfin sauvé, il y avait une jeune femme qui venait le sauver, enfin, façon de parler pour dire qu’il était bien content de trouver quelqu’un qui pourrait lui montrer son chemin. Elle devait savoir comment se retrouver dans le coin, saveur par exemple comme se rendre à l’extérieur, il avait l’impression d’étouffer dans ce château. Il avait beau être immense il avait vraiment envie de prendre l’air, il avait l’impression d’être resté enfermé depuis qu’il était arrivé ici. Son père lui avait dit qu’il ne devait sortir sans personne pour le protéger. Mais, bon peut-être que s’il restait sur le terrain du château habillé en paysan personne ne le remarquerait, même si cette jolie jeune femme vêtue d’une belle robe l’accompagne. Après tout, si celle-ci le prenait bien pour un paysan. Il avait beau être propre, légèrement bronzé, ses vêtements étaient encore une peu sale, le genre de tâches que l’on n’arrive pas à faire partir malgré les nombreux lavages. Il trouva la situation amusante, mais ça lui plaisait bien, rencontrer quelqu’un qui agissait normalement avec lui. Pas de politesse exagérée, pas d’inclinaison, de malaise, bref c’était comme avant, lorsqu’il était encore un paysan, qu’il ignorait tout de sa véritable nature.

« Belle journée n’est-il pas ? » Le jeune homme lui adressa un simple sourire et lui répondit naturellement : « Oui très belle journée » Il avait répondu durant la pause que celle-ci avait prise pour ensuite ajouter : « Je ne vais pas pouvoir vous laisser dans les couloirs jeune homme, je le crains. » Le jeune homme avait compris à son regard qu’elle ne le reconnaissait pas, d’ailleurs peu de personnes l’avait vu, donc il était normal qu’elle ne le reconnaisse pas.

Emeric ne dit rien, il aimait déjà bien cette jeune femme, elle ne semblait pas avoir l’attitude hautaine de certains nobles, elle semblait ne pas détester les paysans et encore moins les dénigrer. Alors, elle lui plaisait, c’est quelqu’un qu’il aimerait bien fréquenter, à qui il aimerait bien parler. Alors lorsque celle-ci lui demanda : « Vous ne pouvez pas rester ici, mais je peux vous donner quelque chose si vous voulez, de la nourriture? Ou bien quelques piécettes? » Le jeune homme eut un sourire un peu plus grand, vraiment la situation était très amusante, alors le jeune homme lui répondit simplement : « J’aimerais bien que vous me montriez le chemin vers le jardin et si possible savoir votre nom. » Celui-ci marqua une pause, puis ajouta afin d’ajouter par la suite : « Je me présente, je suis Emeric. » Il se doutait qu’à savoir son nom il serait, qui il est. Se nom était sur toutes les lèvres dernièrement, cela ne lui plaisait vraiment pas, mais bon. Ce n’était pas à lui de décider qui il était, mais il pouvait décider quel genre de roi qu’il serait, il savait quel genre de roi il était, mais il ne lui restait plus qu’à le devenir. Le roi ajouta ensuite : « J’ai vraiment besoin de sortir, je commence a étouffer dans ce château. Mais si vous ne souhaitez pas sortir, pouvez-vous simplement me montrer par où je dois aller afin de me rendre aux jardins, j’ai entendu dire qu’ils étaient magnifiques et je n’ai pas eu le loisir de m’y rendre. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mederysse Thorwen
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 12/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Lun 14 Mai - 21:35


L'air ravis du jeune homme laissait Mederysse perplexe, elle n'arrivait pas à l'interpréter correctement. Elle écouta ce garçon un moment jusqu'à ce qu'après lui avoir demandé la direction pour le jardin, il se présenta. « Je me présente, je suis Emeric. » Mederysse devint livide, son sang fit trois fois le tours de son corps avant qu'elle ne réalise ce qu'il venait de se passer. C'était lui, Emeric Aemon, autrement dit le roi lui même. Elle le dévisagea, puis inspecta sa toilette. Oui, peut-être qu'il avait un petit air des Pendragons, si peu, remarquez Uther n'était que son grand-père, mais quand même. Cependant quelque chose la frappa, il partageait une aura avec le défunt Arthur, tout deux avaient cet air simple et proche du peuple, compréhensif même. Mederysse décréta qu'il n'y avait plus de doute possible, ce garçon était bel et bien le roi, elle venait de prendre le roi pour un paysan. Voyant qu'elle ne répondait pas il reprit « J’ai vraiment besoin de sortir, je commence a étouffer dans ce château. Mais si vous ne souhaitez pas sortir, pouvez-vous simplement me montrer par où je dois aller afin de me rendre aux jardins, j’ai entendu dire qu’ils étaient magnifiques et je n’ai pas eu le loisir de m’y rendre. » Elle l'écouta attentivement et se décida alors à parler, confuse, mais amusé elle bafouilla « Oh mille pardons ! Je ... Je suis Mederysse Thorwen, épouse d'un de vos plus redoutables guerrier sire, le chevalier Galessin Thorwen. » Elle fit une petite révérence car cela était d'usage, mais réalisa, les genoux à demi courbé à quel point c'était stupide et elle se releva, si le roi se baladait habillé ainsi dans les couloirs c'est qu'il ne souhaitait visiblement pas être traité comme on traite quelqu'un de son rang. Elle s'excusa tout de même encore quelques fois puis une fois qu'elle estima qu'elle était pardonné elle sourit à Emeric et laissa s'échapper un petit rire, après tout la situation était effectivement amusante. Quand elle reprit son sérieux elle répondit « Camelot est un château magnifique, mais je dois admettre qu'il m'arrive à moi aussi de m'y sentir à l'étroit. Venez avec moi, je n'ai rien à faire et cela me ferait énormément plaisir de vous faire visiter les lieux. » Mederysse réfléchit un instant et demanda « Ne devriez-vous pas être accompagné d'un garde ou du moins porter une arme sur vous ? Je ne voudrais pas être celle qui a détruit définitivement l'avenir du royaume en exposant votre seigneurie aux flèche des assassins. » Elle avait dit cette dernière phrase sur un ton ironique car définitivement personne n'allait penser que ce jeune homme mal habillé était en réalité le Emeric, celui qui descendait des Pendragons. De plus, si on la voyait en compagnie d'un paysan cela ne choquerait personne car c'était chez elle presque une habitude. « Venez Emeric - Puis-je vous appelez par votre prénom ? - je vais vous montrer le jardin. » Mederysse prit alors le bras du jeune homme et l'entraîna dans le labyrinthe de couloirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeric Aemon
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 09/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Mar 15 Mai - 7:16

Il se doutait très bien qu’elle serait surprise, qu’elle aurait du mal à le réaliser au début, après tout il n’avait rien du fils Pendragon auquel on pourrait s’attendre, il n’avait pas été élevé par Uther, son véritable père, mais pas un chevalier et une paysanne, sa mère. Il n’avait pas voulu porter sa nouvelle garde-robe, du moins pas tout de suite, pas alors qu’il pouvait porter les vêtements auquel il était habitué et dans lequel il se sentait bien. Il se doutait que le moment où il devrait porter des vêtements plus propres allait rapidement arriver, lors de rencontre avec des familles nobles, d’autres Rois, etc. Mais pour l’instant alors qu’il déambulait dans les couloirs, une tenue comme celle qui portait en ce moment faisait amplement l’affaire. En plus, qui s’imaginerait que le roi soit vêtu tel un paysan. Puis, la jeune femme pris finalement parole : « Oh mille pardons ! Je… je suis Mederysse Thorwen, épouse d’un de vos plus redoutables guerriers sir, le chevalier Galessin Thorwen. » Emeric réfléchit un instant, on lui avait présenté beaucoup de chevaliers, mais il se souvenait de Galessin, un homme bon, beaucoup plus vieux que Mederysse, ce qui le surprit donc quand elle lui dit qu’elle était son épouse. Sir Thorwen était son conseiller militaire. Puis il fût surpris quand il fit une révérence, il détestait ça, mais ne dit rien, il lui dit simplement : « Ravie de faire votre connaissance. » Emeric ne mentait pas, il était vraiment content d’avoir faire sa connaissance, elle semblait l’avoir compris, car sa révérence avait très courte, elle avait dû réaliser en la faisant qu’il ne voulait pas qu’on s’incline devant lui. Emeric ne pensait pas mériter cela, mais il ne voyait pas l’intérêt, il se voyait plus en faire que l’on lui en fasse. Celle-ci s’excusa quelquefois, puis avant qu’il n’ait le temps de lui dire que ce n’était pas la peine de s’excuser elle lui dit : « Camelot est un château magnifique, mais je dois admettre qu’il m’arrive è moi aussi de m’y sentir à l’étroit. Venez avec moi, je n’ai rien à faire et cela me ferait énormément de plaisir de vous faire visiter les lieux. » Puis elle ajouta : « Ne devriez-vous pas être accompagné d’un garde ou du moins porter une arme sur vous ? Je ne voudrais pas être celle qui a détruit définitivement l’avenir du royaume en exposant votre seigneurie aux flèches des assassins. »

Le jeune roi laissa échapper un petit rire, au ton de sa voix elle devait trouver elle aussi la situation amusante, alors celui-ci lui répondit : « C’est vrai que normalement je devrais être accompagné, mais si vous avez pensé que j’étais un paysan, je crois que ses assassins vont penser de même, qui penserais que le roi serait vêtu tel un paysan. Pour ce qui est d’une arme, j’ai une lame de cachée, mon père me tuerait lui-même s’il venait à découvrir que je me promenais sans. » Il releva légèrement son chandail afin de laisser voir la poigne de son poignard qui dépassait. Le reste était caché et la lame dans son étui (je me rappelle pu du nom !!!) afin qu’il ne se coupe pas, par accident lors d’un mouvement brusque par exemple. Puis la jeune femme ajouta : « Venez Emeric – Puis-je vous appelez par votre prénom ? – je vais vous montrer le jardin. » Celle-ci le prit par le bras et l’entraina vers le labyrinthe de couloirs. Durant leurs marches, Emeric lui répondit : « Oui vous le pouvez, je détesterais que vous m’appeliez majesté, seigneur ou tout autre mot pour me désigner supérieur. » Durant la marche vers le jardin, Emeric désira en apprendre plus sur la jeune femme mariée à un homme du double de son âge : « Vous logez depuis longtemps au château ? » Question simple, mais il venait à peine de faire connaissance, il n’était quand même pas pour lui demander pourquoi elle était mariée à un homme du double de son âge à ce point de leur rencontre ! Il tenta de porter attention aux détails des couloirs, afin de pouvoir se repérer seul à l’avenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mederysse Thorwen
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 12/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Mar 15 Mai - 13:17

Elle ne le connaissait que depuis quelques minutes, mais Mederysse avait déjà le présentement que les choses iraient bien entre elle et Emeric. Peut-être qu'ils deviendraient amis et qu'il lui changerait de cette bande d'idiots qui vivait au château avec elle. Emeric expliqua qu'il cachait un poignard sous sa chemise, rassuré, Mederysse commença la visite. La jeune fille n'aimait pas s'encombrer de pirouette et de marque de soit disant respect quand manifestement le véritable respect se discernait parfaitement dans le ton de sa voix. Elle avait tout naturellement demandé au jeune homme s'il acceptait qu'elle l'appelle par son prénom, il répondit favorablement à cette requête et Mederysse en fut enchanté. Emeric expliqua aussi qu'il ne souhaitait pas qu'on l'appelle seigneur ou quoi que ce soit qui y ressemble, mais la jeune fille fut obligé d'objecter « Je serais bien obligé de vous appeler par votre titre quand d'autres seront là pour entendre, ma familiarité pourrait être mal interprété, mais je me ferais un plaisir de vous appelez par votre prénom quand ces sots ne seront pas là pour entendre. » Ils marchèrent un moment dans les couloirs en direction du jardin. Le roi fixait d'un regard curieux tout ce qui croisait son chemin, il avait l'air d'un garçon perdu, une aiguille dans une botte de foin. Mederysse voulait l'aider, elle souhaitait de tout son coeur qu'il se sente chez lui ici à Camelot, pas seulement car il en allait de l'avenir du royaume, mais parce qu'elle savait ce qu'on ressentait quand on recevait des obligations à un âge trop peu avancé. Elle ne pensait pas que la jeunesse et les responsabilités ne faisaient bon ménage, mais elle savait que c'était deux choses difficiles à faire cohabiter. « Vous logez depuis longtemps au château ? » demanda Emeric en brisant le silence. Mederysse lui sourit repensant à toutes ces années qu'elle avait passé ici. Quoi qu'elle puisse en dire, Camelot était sa maison, son refuge, elle adorait cette endroit. « Depuis mon premier souffle. Ma mère a fait le voyage de Galles jusqu'ici, sous les ordres de mon père alors que je n'étais pas encore de ce monde. La pauvre est morte en couche, la fatigue du voyage ont-ils dit. Paix à son âme. » Mederysse pensa quelques instant à cette femme qu'elle n'avait jamais connus et qui était morte pour elle, puis elle reprit « Camelot est un endroit formidable quand on sait où chercher. Par exemple ici, les femmes de chambres raconte ces temps-ci qu'elles y aurait vue le fantôme de Uther Pendagron. Je pense qu'elles essayent simplement d'attirer l'intention sur elles, mais ne trouvez-vous pas cela très excitant ? » La jeune fille avait un grand sourire dessiné sur ses lèvres, elle adorait raconter des histoires et puis elle se sentait bien en compagnie du roi, elle lui conta encore quelques ragots de couloir avant de le questionner un peu sur lui « Et vous Emeric, d'où venez-vous exactement ? On entends bien des rumeurs à votre sujet, mais je dois admettre que je ne sais rien de votre histoire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeric Aemon
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 09/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Mar 15 Mai - 15:28

Il était normal qu’elle l’appelle ainsi en public, mais avec le temps il espérait que ses amies puissent l’appeler, n’importe quand peu importe s’ils sont seul ou avec d’autres personnes, par son prénom sans que cela soit mal vu. Il y avait son père qui pouvait l’appeler comme il voulait, Merlin et Lancelot qu’il connaissait très bien l’appelait par son prénom, sinon la plupart l’appelaient majesté ou d’autres noms du genre qui ne lui plaisait pas vraiment. Mais il n’avait pas vraiment son mot à dire pas pour tout de suite alors qu’il vient d’arriver. Emeric lui répondit donc : « Oui, je comprends, mais si c’est mon père, Merlin ou encore Lancelot, vous pouvez m’appeler Emeric, ils ne vont pas mal l’interprété, ils me connaissent bien. » Durant le chemin, Emeric tentait de viens voir les détails afin que la prochaine fois il ne se perde pas, mais ce château était immense et les couloirs se ressemblait, sauf pour certains petits détails.

Emeric marchait à côté de la jeune femme, comme le silence ne lui plaisait pas trop, enfin pour l’instant il avait l’impression que personne n’osait lui parler vu son statut, enfin personne excepté les trois personnes nommées plus tôt. Les serviteurs baisaient les yeux, parlaient entre eux, mais très peu osait lui adresser la parole. Il espérait que plus tard ça serait l’inverse, qu’il n’oserait pas lui adresser parole, qu’il se sente à l’aise de lui dire leurs inquiétude, problème, demande, etc. Sans craindre des représailles de la part du jeune roi. Il lui avait donc demandé depuis combien de temps elle habitait ici, elle lui expliqua qu’elle était née ici, mais que sa mère était morte en la mettant au monde. Sa mère aussi était morte, mais quand il avait sept ans, il avait donc eu la chance de la connaître. Il n’osa rien dire, à vrai dire il ne savait pas quoi dire, il approuva simplement son « paix à son âme » d’un signe de tête. Il écouta ce qu’elle ajouta par la suite : « Camelot est un endroit formidable quand on sait où chercher. Par exemple, ici les dames de chambres racontent ces temps-ci qu’elles y auraient vu le fantôme d’Uther Pendragon. Je pense qu’elles essayent simplement d’attirer l’attention sur elles, mais ne trouvez-vous pas cela très excitant? » C’est vrai que les mystères qui se racontait à propos du château renait l’idée d’y vivre plutôt intéressant alors il répondit : « Oui c’est vrai, parfois j’aime bien me dire que les morts qu’on aime continue de veillé sur nous, mais les voir, je ne crois pas que sa soit possible! J’ai entendu dire qu’il y avait des passages secrets dans le château, vous en connaissez? » L’idée de pouvoir se balader dans le château sans pouvoir se faire voir des autres pouvait être vraiment intéressant et amusant.

Il fût surpris de la question de celle-ci : « Et vous Emeric, d’où venez-vous exactement? On entend bien des rumeurs à votre sujet, mais je dois admettre que je ne sais rien de votre histoire. » Emeric se demanda quel type de rumeurs pouvaient circuler à son sujet. Mais il n’avait rien à cacher donc il lui répondit : « Je viens d’un village voisin, j’ai grandi sur une ferme, avec mon père, enfin le chevalier qu’Uther à choisit pour m’élevé, et avec ma mère qui est morte à mes sept ans. J’ai vécu comme un paysan, j’ai travaillé avec mes parents, je n’ai jamais été servi, j’ai toujours tout fait moi-même, alors je dois vous avouer que de voir d’autres cuisiner pour moi, ranger ma chambre est vraiment très étrange… » Emeric détestait qu’on fasse pour lui ce qu’il avait été habitué de faire. Dire que la servante avait voulu l’aider à s’habiller, il fait cela seul depuis qu’il a trois ans, ce n’est pas à seize ans qu’il a besoin qu’on l’aide!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mederysse Thorwen
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 12/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Mer 16 Mai - 9:24

Mederysse ne pensait pas non plus qu'il soit possible de voir les morts, mais tout au fond d'elle même elle l'espérait. Depuis toujours elle rêvait d'aventure et de surnaturelle et si tout ça l'effrayait au plus haut point, ces histoires de fantômes la passionnaient. Emeric voulut en savoir plus sur les passages secret du château et pour ça il était tombé sur la bonne personne. La jeune fille n'avait pas la prétention de dire qu'elle les connaissaient tous, mais depuis le temps qu'elle se baladait dans les couloirs elle avait eu le temps d'en découvrir un grand nombre. « On ne vous a pas encore révélé les entrées des passages secrets ? Bon et bien je vais vous en montrer quelques uns, nous irons au jardin plus tard. » Ils marchèrent un moment puis, arrivé devant un mur tout a fait simple sans aucune décoration, Mederysse stoppa la marche et dit d'une voix basse. « Celui-ci mène à la salle de bal. Je le prends régulièrement car par sa rapidité il me permet d'arriver en temps voulut aux festivités. Pour y pénétrer c'est très simple. Voyez cette dalle sur le sol ? Et bien posez votre pied dessus et poussez aussi fort que vous le pouvez et je ne sais par quel procédé, la porte s'ouvrira. » Mederysse ne fit aucune démonstration car elle pensait que quand on utilisait un passage secret il fallait se montrer discret car justement, il devait rester secret. Elle laissa Emeric devant le passage secret pendant un petit moment, puis ils reprirent leur marche. « Je viens d’un village voisin, j’ai grandi sur une ferme, avec mon père, enfin le chevalier qu’Uther à choisit pour m’élevé, et avec ma mère qui est morte à mes sept ans. J’ai vécu comme un paysan, j’ai travaillé avec mes parents, je n’ai jamais été servi, j’ai toujours tout fait moi-même, alors je dois vous avouer que de voir d’autres cuisiner pour moi, ranger ma chambre est vraiment très étrange… » La vie qu'avait mené Emeric, pensa Mederysse, n'avait pas du être paisible tous les jours, mais elle avait du être simple et joyeuse quand même. Quelque part elle l'enviait, il avait vécut seize ans de sa vie sans aucune réelles obligations, vivant de ce que lui et sa famille faisait produisaient. Emeric exprima son aversion vis à vis des serviteurs, enfin ce n'était pas ça, il n'avait rien contre les serviteurs en particulier cela se voyait, mais il n'aimait pas l'idée de faire travailler des gens à son service. Mederysse comprenait bien cela, cependant elle n'avait jamais eu vraiment l'occasion de vivre sans une servante ou un serviteur et bien qu'elle n'aimait pas l'avouer, elle savait qu'elle n'était pas capable de faire certaine chose sans eux, même si pour une noble elle était très débrouillarde. La jeune fille finit par répondre « La vie à la campagne devait être plaisante. J'ai toujours rêver de vivre dans une petite cabane pittoresque et d'oublier toute cette folie (elle montra de la main le château). Je comprend que pour vous qui avez passé votre vie à faire les choses par vous même, devoir tout déléguer de votre habillement à l'ordonnance de votre chambre, ne doit pas être très flatteur. Ici nous sommes tous considéré comme des nourrissons quand il s'agit des choses domestiques. Que cela nous plaise ou non. » ajouta en riant « votre servante a du être transporté en vous voyant vous vêtir de la sorte. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emeric Aemon
avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 09/05/2012


Feuille de personnage
Vos relations:
Statut rp: ouvert
petit plus:

MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   Mer 16 Mai - 11:18

Bien qu’il ne croyait pas que c’était possible de voir des fantômes, il aimerait rien, l’idée de revoir sa mère lui plairait tellement, il s’ennuyait d’elle et rare était les journée où il ne pensait pas à elle. Elle avait tellement été une mère parfaite, gentille, douce, compréhensif avec juste ce qu’il faut d’autorité, bien qu’Emeric n’a jamais été un enfant difficile. Il parla ensuite des passages secrètes, il était arrivé depuis peu et donc il se disait qu’on finirait par lui montrer, mais personne ne semblait décidé à le faire alors quand elle lui dit : « On ne vous a pas révélé les entrées des passages secrets ? Bon et bien je vais vous en montrer quelques uns, nous irons au jardin plus tard. » Emeris sourit à l’idée de découvrir des passages secrets et lui répondit : « Non, il ne l’on pas fait, peut-être vont-ils me donner une carte plus tard, avec tous les passages. » Il l’a suivit afin de voir où pouvait se trouver l’un de ces passages, elle s’arrêta devant un mur très simple, sans aucune décoration et lui montra comment ouvrir le passage. Lui disant qu’il se rendait directement à la salle de bal, Emeric ajouta : « Pratique comme passage, il doit être très utile pour partir en douce des festivités aussi… » Emeric redoutait le premier bal qui serait organisé, il n’avait jamais danser, il n’avait aucune idée de comment l’on devait danser. Il était sûr de se ridiculiser lors du premier bal, mais il n’en parla pas avec Médée, il ne la connaissait pas encore bien pour oser lui révéler cela. Quel honte pour un roi de ne pas savoir danser !

Il lui parla de sa vie avant d’arriver à Camelot, cette vie lui manquait même si cela faisait très peu de temps qu’il avait quitter cette vie. Simple avec beaucoup de responsabilités, mais aucune impliquait la sécurité d’un royaume ! Elle lui répondit que la vie à la campagne devait être plaisait, qu’elle avait toujours rêver de vivre dans une petite cabane pittoresque. Elle comprenait aussi que d’être servit ne devait pas être facile lorsqu’on était habitué à tout faire soit même et que sa servante a dût être transporté en le voyant vêtu de la sorte. Emeric ne pu empêcher un petit rire en l’attendant, quand il se rappela le visage de sa servante affirmant que le Roi Uther aurait fait sûrement fait une crise en le voyant vêtu. Mais l’avis d’Uther pour Emeric ne voulait rien dire, il n’avait jamais fait parti de sa vie et ce n’est pas aujourd’hui que sa allait commencer. Il répondit à Médée : « Oh oui, mais pour revoir la grimace qu’elle a fait, je n’hésiterait point à recommencer ! » Puis, Emeric ajouta après une brève pause : « Peut-être qu’un jour je pourrais vous montrer la ferme où j’ai grandit, père l’a vendu avant notre départ, mais un jour, j’irais voir à nouveau cette ferme où j’ai grandit. » D’être lui, la campagne était l’endroit parfait pour grandir…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se perdre dans son propre château! [Médée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Se perdre dans son propre château! [Médée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camelot - une nouvelle ère commence... :: Le Chateau de Camelot :: L'intérieur du Château :: Les couloirs-